Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La sélection du kiosque (janvier 2014)

Il y avait peu de participants au kiosque de vendredi dernier mais cela ne nous a pas empêchés de présenter nos lectures récentes -ou plus anciennes- et d'échanger autour des thèmes et des auteurs abordés...

Ont été présentés : 

 

La Nostalgie de l'ange, d'Alice Sebold. 

 

9782290340684.jpg

Présentation de l'éditeur :

"Nom de famille : Salmon, saumon comme le poisson ; prénom : Susie. Assassinée à l'âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973. " Mon prof préféré était celui de sciences naturelles, Mr. Botte, qui aimait faire danser les grenouilles et les écrevisses à disséquer dans leur bocal paraffiné, comme pour leur rendre vie. Ce n'est pas Mr. Botte qui m'a tuée, au fait. Et ne vous imaginez pas que tous ceux que vous allez croiser ici sont suspects. C'est bien ça le problème. On n'est jamais sûr de rien... C'est un voisin qui m'a tuée. " Susie est au Ciel
et pourtant son aventure ne fait que commencer... Qualifié de " livre de la décennie ", acclamé par toute la critique, en tête des listes des meilleures ventes depuis sa parution, La Nostalgie de l'Ange est le livre phénomène de l'année aux Etats-Unis. Né d'une ancienne et douloureuse expérience - Alice Sebold a été victime d'un viol à l'âge de dix-huit ans -, ce roman déjà traduit dans trente pays et vendu à plus de trois millions d'exemplaires connaît un extraordinaire destin partout dans le monde."

 

Epépé, de Ferenc Karinthy.

 

-poche-l-572079.jpg

« Les étranges divagations d'un polyglotte érudit, Budaï, qui quitte les rives du Danube et croit s'envoler pour Helsinki afin de participer à un congrès de linguistique. Hélas ! à la suite d'une erreur d'aiguillage, son avion atterrit dans une ville peuplée d'allumés qui parlent un jargon incohérent, parfaitement inintelligible. Sommes-nous aux portes de Babel ? Sans doute. Quant au malheureux Budaï, il en perdra son latin : on dirait un petit frère de Zazie égaré au pays des Houyhnhnms chers à Jonathan Swift. Épatant. » André Clavel,L'Express.


Un roman culte de la littérature hongroise, traduit dans une vingtaine de langues. la version française est présentée par Emmanuel Carrère.
 
 
 
 
Come prima, d'Alfred.
 
 

26_p0.jpg

Pour son nouvel album solo, Alfred (Pourquoi j'ai tué Pierre) rend hommage au cinéma italien des années 60. Une comédie sociale, sous la forme d'un road movie, aussi surprenante qu'émouvante.

"Début des années 60, suite à la mort de leur père, deux frères, Fabio et Giovanni, sillonnent les routes. Leur voyage, émaillé de disputes et de silences, de souvenirs et de rencontres, les conduira jusqu'à leur Italie natale. Par bribes, le portrait de leur père se recompose..."
 
 
 
 
 
Le kiosque se poursuit sur ce blog : n'hésitez pas à commenter la sélection
Retenez également la date du prochain rendez-vous : vendredi 28 février, à 15h00. (Gratuit. Ouvert à tous).
 
FLG.

Les commentaires sont fermés.