Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UN CERTAIN MONDE, Elizabeth Harrower - roman adulte

LE MOT DE L’ÉDITEUR :

"C'était une matinée parfaite, d'une beauté originelle, et chaque feuille reflétait le soleil. Le ciel était immense. " Zoe, Russell, Stephen et Anna. Quatre jeunes gens à l'aube de leur existence, dans le Sydney d'après-guerre. Zoe et Russell sont frère et soeur, Anna et Stephen aussi : les uns sont issus d'une lignée qui leur promet un avenir radieux ; les autres doivent surmonter le passé. Mais le destin se plaît à faire mentir les certitudes. Avec une sensibilité digne de Jane Austen, Elizabeth Harrower raconte l'ivresse du grand amour, les désillusions dont on prend la pleine mesure toujours à contretemps. En apparence, elle choisit le prisme de l'infime. Pourtant, une ambition plus ample se dessine dans ce roman bouleversant : écrire la vie.

Née en 1928 en Australie, Elizabeth Harrower a connu un succès fulgurant dans sa jeunesse avant de tomber dans l'oubli. Traduit pour la première fois en français, Un certain monde révèle aujourd'hui son talent, salué dans le monde entier.

*

S'accordant parfaitement au temps suspendu des vacances, ce roman au charme suranné & sans âge m'a évoqué tout ensemble Jane Austen pour son incroyable finesse psychologique & la mise en regard des classes sociales, Anton Tchékhov pour son désenchantement calme (sans ironie), Virginia Woolf pour l'art de mettre en mots des sensations, fugitives ou lancinantes, Jerome David Salinger pour le portrait d'une jeunesse dans les années 40.

Ecrit en 1971 & remisé au placard par son auteur, estimant, ma foi, "qu'il y a, partout dans le monde, tant de romans morts qui n'avaient pas besoin d'être écrits", Un certain monde est publié pour la première fois en Australie & en France. Une nouveauté, donc, que je conseille chaudement aux amatrices & amateurs des écrivains sus-cités :

Un certain monde, Elizabeth Harrower, Rivages, 2016.

Nathalie

Les commentaires sont fermés.