Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FRANZ, DORA, LA PETITE FILLE & SA POUPÉE, D. Lévy/ T. Romanin - album pour les grands

Je relis le début d'un article du Monde des livres :

"A la fin de sa vie, Franz Kafka a été un homme heureux. Les faits sont avérés depuis longtemps. Mais le mythe qui entoure l'auteur du Procès est si puissant et si sombre qu'il rend cette vérité inconcevable. La Splendeur de la vie de l'écrivain allemand Michael Kumpfmüller  la rétablit cependant avec tant de justesse, et une telle puissance, qu'il sera désormais impossible de l'oublier. [...] Il vient d'avoir 40 ans, elle en a tout juste 25. Elle est assise à la table de la cuisine, occupée à vider des poissons. C'est le déclic, la révélation que l'éternel célibataire n'attendait plus."
Elle, c'est Dora Diamant (magnifique, ça ne s'invente pas un tel nom...), le dernier amour de l'écrivain qui décédera 11 mois après cette rencontre. Même si la disparition des carnets & des lettres, emportés par la Gestapo après la mort de l'écrivain ne permettent pas de le prouver, il semblerait qu'avec Dora, & alors même qu'il se savait condamné dans un avenir proche (tuberculose), Kafka ait trouvé tous les élans qui lui avaient manqués jusqu'alors.

C'est ainsi qu'on le retrouve dans ce beau texte de Didier Lévy illustré par le trait aquarellé & délicat de Tiziana Romanin : lumineux & calme, concentré à ne pas perdre le peu de souffle qui lui reste.

Les lettres dont il est question dans Franz, Dora, la petite fille & sa poupée ont disparues elles aussi mais elles ont bien existé, ainsi que l'histoire qui les accompagne, narrée par Dora elle-même dans ses Mémoires. Franz, très affaibli & Dora se promènent au parc. Ils croisent une enfant en pleurs : sa poupée a disparue. Franz trouve immédiatement une consolation pour la jeune Ingrid : sa poupée n'a pas disparue, elle est juste partie en voyage, elle lui a écrit une lettre, lui confiant le soin de la lire à la petite fille. C'est ainsi que commence la rédaction des lettres de la poupée qui s'attarde en voyage, vit & grandit, ne se décide pas à rentrer, rencontre un amoureux, se décide à ne pas rentrer & à envoyer sa dernière lettre alors que Franz sent sa fin venir & qu'Ingrid n'a plus vraiment besoin de sa poupée mais seulement de la vie qui court en elle pour devenir une jeune fille & s'accomplir... "Franz [...] sourit ; lui qui n'est jamais content de ses livres, lui qui veut détruire tous ses manuscrits, il a quand même le sentiment d'avoir réussi quelque chose avec ses mots". 

Le texte dévoile juste ce qu'il faut, "soleil & douceur", le dessin montre ce qui ne se dit pas, le tout émeut aux larmes.

A retrouver sur notre catalogue & à la médiathèque...

Nathalie

Les commentaires sont fermés.