Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Recette littéraire (2) :

    L'art de faire le beurre et les meilleurs fromages

    Patrick Süskind est un écrivain et scénariste allemand. Il est né le 26 mars 1949 à Ambach, en Bavière près de Munich et a grandi dans le village bavarois de Holzhausen. Il étudie l’histoire (histoire médiévale et contemporaine) et la littérature à Munich et à Aix-en-Provence. Il travaille ensuite comme scénariste pour la télévision. Le Parfum est son premier roman édité pour la première fois en 1985 à Zurich, sous le titre Das Parfum, Die Geschichte eines Mörders, puis traduit en français . Il vaut à son auteur un succès mondial. Il a d'ailleurs fait l'objet d'une adaptation au cinéma en 2006 : Le Parfum, histoire d'un meurtrier.

    Dans ce roman, l'odorat va guider le meurtrier, certes, mais il sert aussi à la nourrice du petit Jean-Baptiste Grenouille pour comparer le parfum des bébés à celui du beurre frais et du fromage blanc...

    Extrait : 

    "Jean Baptiste Grenouille et sa nourrice

    - Non, dit la nourrice, mes enfants ont l'odeur que doivent avoir des enfants d'homme.
    .../...
    - Tu prétends donc savoir quelle odeur doit avoir un enfant d'homme, qui malgré tout est aussi (je te le rappelle, d'autant qu'il est baptisé) un enfant du Bon Dieu ?
    - Oui dit la nourrice.
    - Et tu prétends de surcroît que s'il n'a pas l'odeur que tu penses qu'il devrait avoir, toi, la nourrice Jeanne Bussie, de la rue St Denis, c'est qu'alors c'est un enfant du Diable ?
    .../...
    Ce n'est pas ce que je voulais dire, répondit-elle en faisant machine arrière. Si cette affaire a ou non quelque chose à voir avec le diable, c'est vous qui devez en décider, père Terrier, ce n'est pas dans mes compétences. Je ne sais qu'une chose, c'est que ce nourrisson me fait horreur, parce qu'il n'a pas l'odeur que doivent avoir les enfants.
    - Ah ! ah ! dit Terrier satisfait en laissant retomber son bras comme un balancier. Sur cette histoire de diable, nous nous rétractons donc. Bien. Mais alors, aurais tu l'obligeance de me dire quelle odeur a donc un nourrisson quand il a l'odeur que tu crois qu'il doit avoir ? hein ?
    - Une bonne odeur, dit la nourrice.
    - "Bonne", ça veut dire quoi ? cria Terrier à la figure de la femme. Il y a bien des choses qui sentent bon. Un bouquet de lavande sent bon. Le pot-au-feu sent bon. Les jardins de l'Arabie sentent bon. Comment sent un nourrisson, je voudrais bien le savoir !
    La nourrice hésitait. Elle savait bien quelle odeur avait les nourrissons, elle le savait parfaitement bien, ce n'est pas pour rien que par douzaines elle en avait nourri, soigné, bercé, embrassé... Elle était capable, la nuit, de les trouver rien qu'à l'odeur et, à l'instant même, elle avait très précisément cette odeur de nourrisson dans le nez. Mais jamais encore elle ne l'avait désignée par des mots.
    - Eh bien ? aboyait Terrier en faisant claquer le bout de ses ongles.
    - C'est que, n'est ce pas, commença la nourrice, ce n'est pas très facile à dire, parce que... ils ne sentent pas partout pareil, quoiqu'ils sentent bon partout, mon Père, vous comprenez... Prenez leurs pieds, par exemple, eh bien, là ils sentent comme un caillou lisse et chaud; ou bien non, plutôt comme du fromage blanc... ou comme du beurre, comme du beurre frais, oui, c'est ça : ils sentent le beurre frais. Et le reste du corps sent comme... comme une galette qu'on a laissé tremper dans le lait. Et la tête, là, l'arrière de la tête, où les cheveux font un rond, là, regardez, mon Père, là où vous n'avez plus rien...
    Et comme Terrier, médusé par ce flot de sottises minutieusement détaillées, avait docilement incliné la tête, elle tapotait sa calvitie.
    -... c'est là, très précisément qu'ils sentent le plus bon. Là, ils sentent le caramel, cela sent si bon, c'est une odeur si merveilleuse, mon Père, vous n'avez pas idée ! Quand on les a sentis à cet endroit là, on les aime, que ce soient les siens ou les enfants des autres. Et c'est comme ça et pas autrement, que doivent sentir les petits enfants. Et quand ils ne sentent pas comme ça, quand là haut derrière la tête ils ne sentent rien du tout, encore moins que l'air froid, comme celui-là, ce batard, alors... Vous pouvez expliquer ça comme vous voulez, mon Père, mais moi...
    Et elle croisa résolument les bras sous ses seins en jetant sur le panier qui était posé à ses pieds un regard aussi dégouté que s'il avait contenu des crapauds.
    "... moi, Jeanne Bussie, je ne reprendrai pas ça chez moi !" 

     

    Pour retrouver le parfum du beurre frais, suivons les conseils dispensés p. 60 dans l'ouvrage suivant  : Art de faire le beurre et les meilleurs fromages (Deuxième édition), de MM. Anderson, Twamley, Desmarets ... Éditeur : Mme Huzard (Paris), en 1833.

     

     

    FLG.

     

  • Atelier JEUX

    A partir de 14h30, ce mercredi 05/02/2014 à la médiathèque.

    Au programme : PUZZLE

     

     

     

    FLG.



  • La sélection du kiosque (janvier 2014)

    Il y avait peu de participants au kiosque de vendredi dernier mais cela ne nous a pas empêchés de présenter nos lectures récentes -ou plus anciennes- et d'échanger autour des thèmes et des auteurs abordés...

    Ont été présentés : 

     

    La Nostalgie de l'ange, d'Alice Sebold. 

     

    9782290340684.jpg

    Présentation de l'éditeur :

    "Nom de famille : Salmon, saumon comme le poisson ; prénom : Susie. Assassinée à l'âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973. " Mon prof préféré était celui de sciences naturelles, Mr. Botte, qui aimait faire danser les grenouilles et les écrevisses à disséquer dans leur bocal paraffiné, comme pour leur rendre vie. Ce n'est pas Mr. Botte qui m'a tuée, au fait. Et ne vous imaginez pas que tous ceux que vous allez croiser ici sont suspects. C'est bien ça le problème. On n'est jamais sûr de rien... C'est un voisin qui m'a tuée. " Susie est au Ciel
    et pourtant son aventure ne fait que commencer... Qualifié de " livre de la décennie ", acclamé par toute la critique, en tête des listes des meilleures ventes depuis sa parution, La Nostalgie de l'Ange est le livre phénomène de l'année aux Etats-Unis. Né d'une ancienne et douloureuse expérience - Alice Sebold a été victime d'un viol à l'âge de dix-huit ans -, ce roman déjà traduit dans trente pays et vendu à plus de trois millions d'exemplaires connaît un extraordinaire destin partout dans le monde."

     

    Epépé, de Ferenc Karinthy.

     

    -poche-l-572079.jpg

    « Les étranges divagations d'un polyglotte érudit, Budaï, qui quitte les rives du Danube et croit s'envoler pour Helsinki afin de participer à un congrès de linguistique. Hélas ! à la suite d'une erreur d'aiguillage, son avion atterrit dans une ville peuplée d'allumés qui parlent un jargon incohérent, parfaitement inintelligible. Sommes-nous aux portes de Babel ? Sans doute. Quant au malheureux Budaï, il en perdra son latin : on dirait un petit frère de Zazie égaré au pays des Houyhnhnms chers à Jonathan Swift. Épatant. » André Clavel,L'Express.


    Un roman culte de la littérature hongroise, traduit dans une vingtaine de langues. la version française est présentée par Emmanuel Carrère.
     
     
     
     
    Come prima, d'Alfred.
     
     

    26_p0.jpg

    Pour son nouvel album solo, Alfred (Pourquoi j'ai tué Pierre) rend hommage au cinéma italien des années 60. Une comédie sociale, sous la forme d'un road movie, aussi surprenante qu'émouvante.

    "Début des années 60, suite à la mort de leur père, deux frères, Fabio et Giovanni, sillonnent les routes. Leur voyage, émaillé de disputes et de silences, de souvenirs et de rencontres, les conduira jusqu'à leur Italie natale. Par bribes, le portrait de leur père se recompose..."
     
     
     
     
     
    Le kiosque se poursuit sur ce blog : n'hésitez pas à commenter la sélection
    Retenez également la date du prochain rendez-vous : vendredi 28 février, à 15h00. (Gratuit. Ouvert à tous).
     
    FLG.
  • Heure des histoires

    Rendez-vous mercredi 12 février à 15h30 pour

    l'apozistoire.

    Ce mois-ci, le thème est : PARTIR...

    Animation gratuite pour les enfants de 4 à 9 ans.

    On vous attend nombeux...

    Sabrin@

    arbes.jpg