Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'actualité de la médiathèque de Guer

  • LES FLEURS DE LA VILLE, Lawson/ Smith - album pour enfants

    LE MOT DE L'EDITEUR :

    Une balade généreuse, hymne à la couleur, à travers la ville.

    Une petite fille tout en rouge marche dans une ville en noir et blanc, avec son papa. Bientôt, elle remarque des taches de couleur ça et là : des fleurs sauvages qui poussent sur le trottoir, entre les pierres ou sur les murs. Elle en fait un bouquet, peu à peu, et la couleur surgit dans la ville tandis que le papa ne voit rien, accroché à son portable.

    Puis la fillette offre ses fleurs une à une, ici à un oiseau mort, là à un homme endormi, plus loin à un chien qui lui donne la patte. Enfin parvenue à la maison, elle en offre à sa maman, à ses frère et sœur. Et la toute dernière, elle la garde pour elle-même, tandis que la couleur (et l’amour) désormais éclaboussent tout le livre.

     

    Un condensé vidéo de l'album qui ne doit pas empêcher de venir voir ou emprunter ce livre sans paroles qui se passe de commentaires...

    Nathalie

  • Ziklibrenbib 2016

    L’équipe de Ziklibrenbib vous a proposé de découvrir 16 titres variés et de qualité, sélectionnés par des discothécaires répartis sur toute la France. Du 29 mars au 29 mai, vous avez pu voter pour votre titre préféré.

    Voici ci-dessous les résultats du vote.

     

    1 – Abigail Stauffer – Condemned and the Innocent avec 143 votes

     

    2 – Brazzmatazz – Zopje avec 118 votes

    3 – Baskervillain – Dancing Shoes (77 votes)

    4 – Zephyr Garden – You’re my Fuse (75 votes)

    5 – Mads With – Army of Salvation (73 votes)

    6 -  Batty Blue - Words That Itch (65 votes)

    7 – Lorenzo Masotto – Moon (60 votes)

     

    Pour la suite des résultats, suivez le lien suivant : http://www.acim.asso.fr/ziklibrenbib/election/

     

    Christelle

     

  • Chante, Luna / Paule Du Bouchet

    Ce livre est intéressant car il nous montre la vie à Varsovie, d'une jeune fille juive, âgée de 14 ans au début de l'histoire et de sa famille en 1939. Au fur et à mesure du livre, on découvre la vie dans le ghetto, des persécutions que les juifs subissent chaque jour. Mais Luna, elle, a un talent, le chant qui lui sauvera la vie à de nombreuses reprises et qui fera sa force pour se battre encore et toujours malgré le manque de ses proches. Même si ce livre nous montre un univers triste, on voit que les juifs connaissaient malgré tout de la joie, de l'amitié et de l'amour et surtout qu'ils continuaient leur résistance face à l'armée allemande.

     

    Paule Du Bouchet, l'auteur :

    "Passionnée de musique, pianiste. Elle a enseigné la philosophie avant de s'orienter vers l'édition et la littérature jeunesse. Elle est actuellement responsable du département de musique de Gallimard jeunesse et de la collection de livres lus. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages pour jeunesse." Elle a écrit d'autres livres  portant sur le même sujet, la seconde guerre mondiale ainsi que sur la première guerre mondiale.

    Noémie

  • LIRE AILLEURS - Lectures sur l'herbe (3)

    Les lectures de demain 

    jeudi 09 juin 2016

    auront bien lieu

    - enfin, j'en mettrai ma main au feu -

    au square Bandon

    pour cause de temps magnifique

    :-) :-) :-)

     Que vive la musique, les mots & le soleil...

  • LIRE AILLEURS - Lectures sur l'herbe (2)

    Nous sommes allées en repérage pour les lectures de jeudi prochain 09 juin à 14h30 au square Bandon.

    Si tout va bien (c'est-à-dire si le soleil est de la partie), nous serons donc installés près des tables de pique-nique & pourrons lire au son du jet d'eau de l'étang la musique des mots...

    Rendez-vous au centre culturel Le Belvédère, Place Gravedona ed Uniti en cas de pluie.

    N'oubliez pas vos oreilles !

    Nathalie

  • BRADERIE

    Top départ samedi 04 juin 2016 10h00

    pour la vente des documents de la médiathèque sortis des collections

    à un prix défiant toute concurrence...

    & ce jusqu'au samedi 11 juin inclus

    aux heures d'ouverture de la médiathèque.

    Livres adultes & jeunesse,

    fictions & documentaires, CD.

    Venez, ça nous fera plaisir de voir partir nos petits, si, si !

    Nathalie

  • ETRE ICI EST UNE SPLENDEUR, Vie de Paula M. Becker - Marie Darrieussecq (2)

    Paula Modersohn-Becker, Elsbeth dans le jardin.

    Lire la suite

  • ETRE ICI EST UNE SPLENDEUR, Vie de Paula M. Becker - Marie Darrieussecq

    Le mot de l'éditeur :

    Paula Modersohn-Becker voulait peindre et c’est tout. Elle était amie avec Rilke. Elle n’aimait pas tellement être mariée. Elle aimait le riz au lait, la compote de pommes, marcher dans la lande, Gauguin, Cézanne, les bains de mer, être nue au soleil, lire plutôt que gagner sa vie, et Paris. Elle voulait peut-être un enfant - sur ce point ses journaux et ses lettres sont ambigus. Elle a existé en vrai, de 1876 à 1907.  Paula Modersohn-Becker est une artiste allemande de la fin du XIXème siècle, peintre, célèbre en Allemagne et dans beaucoup d'autres pays au monde, mais à peu près inconnue en France bien qu'elle y ait séjourné à plusieurs reprises et fréquenté l'avant-garde artistique et littéraire de son époque. Née en 1876 et morte en 1907 des suites d'un accouchement, elle est considérée comme l'une des représentantes les plus précoces du mouvement expressionniste allemand. La biographie que lui consacre Marie Darrieussecq (nouveau territoire pour l’auteur de "Il faut beaucoup aimer les hommes") reprend tous les éléments qui marquent la courte vie de Paula Modersohn-Becker. Mais elle les éclaire d’un jour à la fois féminin et littéraire. Elle montre, avec vivacité et empathie, la lutte de cette femme parmi les hommes et les artistes de son temps, ses amitiés (notamment avec Rainer Maria Rilke), son désir d’expression et d’indépendance sur lesquels elle insiste particulièrement.

     

    *

    Je me souviens avoir entendu un journaliste littéraire à la radio, interrogé sur cet ouvrage. Je ne l'avais pas encore lu. Il disait son agacement face aux partis pris de cette biographie, au discours "féministe" & anachronique de l'auteur évoquant une femme & des hommes qui, ma foi, vivaient dans leur temps. Mouais, m'étais-je dit. Pas très convaincant tout ça, j'attends de voir mais... Darrieussecq n'a pas écrit une notice biographique pour un dictionnaire des artistes peintres allemands du XIXe. Elle a le droit d'orienter son propos. & puis, j'imaginais bien déjà, avant de la lire, que cette Vie de Paula M. Becker n'avait pas pour objectif de dénoncer la place réservée aux femmes dans la société de l'époque & les rapports hommes/femmes mais plutôt de mieux révéler comment, dans ce terreau, le talent de cette peintre a poussé de façon particulière, a été attisé. Comment, quand presque tout vous est interdit de ce qui vous attire, vous pouvez justement trouver plus sûrement la force d'imposer votre besoin, d'exprimer votre vision, de proposer un regard inédit & puissant. 

    J'ai eu confirmation de tout cela en lisant cette brève biographie qui est tout sauf neutre pour une raison simple : son auteur s'est impliquée dans cette vie qu'elle narre. Elle veut redonner vie, elle veut rencontrer, peindre, souffrir, jouir avec, partager. Le partage se prolonge même au-delà du livre puisque Marie Darrieussecq est à l'origine de l'exposition des oeuvres de Paula Modershon-Becker au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Elle n'imaginait pas ne pas proposer ce prolongement, ne pas permettre à chacun de s'impliquer à sa façon dans une oeuvre saisissante, qui regarde en face & sans fard, dans la puissance du dénuement.

    *

    La première année de mon mariage, j'ai beaucoup pleuré, et des sanglots comme ceux de l'enfance. [...] L'expérience m'a enseigné que le mariage ne rend pas plus heureuse. Il ôte l'illusion d'une âme soeur, croyance qui occupait jusque-là tout l'espace. Dans le mariage, le sentiment d'incompréhension redouble. Car toute la vie antérieure au mariage était une recherche de cet espace de compréhension. Est-ce que ce n'est pas mieux ainsi, sans cette illusion, face à face avec une seule grande et solitaire vérité ? J'écris cela dans mon carnet de dépenses, le dimanche de Pâques 1902, assise dans ma cuisine à préparer un rôti de veau.

    p.72.

    *

    Elle meurt d'une embolie d'être restée couchée. En s'écroulant, elle dit "Schade." C'est son dernier mot. Ca veut dire dommage.

    J'ai écrit cette biographie à cause de ce dernier mot. Parce que c'était dommage. Parce que cette femme que je n'ai pas connue me manque. Parce que j'aurais voulu qu'elle vive. Je veux montrer ses tableaux. Dire sa vie. Je veux lui rendre plus que la justice : je voudrais lui rendre l'être-là, la splendeur.

    p.136-137.

    *

    Pour en savoir plus : la page de l'éditeur.  

    Etre ici est une splendeur - Vie de Paula M. Becker, Marie Darrieussecq, P.O.L., 2016  est bien sûr à la médiathèque.

    Nathalie

  • LIRE AILLEURS - Lectures sur l'herbe

    Initiées dans le cadre de la Semaine bleue avec le concours de Cécile Vernon, médiatrice du C.C.A.S. auprès des personnes âgées, nos lectures hors-les-murs ont aussi goûté au plein air, du côté de la chapelle Saint Nicolas.

    Depuis le début de l'année, un rythme bimestriel s'est installé, dans le salon ou la véranda de dames en contact avec Cécile.

    Notre dernière séance avant la trêve estivale est l'occasion d'ouvrir à nouveau nos livres à la bise, aux coccinelles & autres baguenaudeurs à deux pattes (oreilles conseillées).

    Rendez-vous donc le jeudi 09 juin 2016

    au square Bandon à 14h30

    pour des lectures autour du thème de la

    musique.

    Les amateurs de confort peuvent apporter leur siège, nous prévoirons les couvertures pour l'assise au sol. & si vous voulez faire une pause-goûter, les gâteaux sont les bienvenus !

    Une solution de repli en cas de pluie est prévue au centre culturel Le Belvédère, Place Gravedona ed Uniti.

    La levée du camp est prévue pour 16h30 environ.

    A bon entendeur,

     Nathalie.