Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MISE EN GARDE, Klaus Mann - essais

Quand l'imagination manque de vigueur, la bienveillance envers autrui est toujours superficielle & éphémère.

 

LE MOT DE L’ÉDITEUR :

Klaus Mann (1906-1949) assiste à la montée en puissance du parti nazi, l’avènement d’Adolf Hitler et la défaite de l’Allemagne « des poètes, des penseurs et des musiciens de génie ». Jeune écrivain engagé, il multiplie textes et prises de parole pour mettre en garde contre la barbarie et la guerre.

 Contraint à l’exil puis déchu de sa nationalité, il ne renonce pas à se battre : il a compris qu’il ne s’agit pas d’une simple révolte de la jeunesse, de l’humiliation d’une guerre perdue ou du désespoir né de la crise économique ; il s’agit au contraire de dénoncer une barbarie nouvelle, qui n’a besoin que de notre indifférence et de notre paresse pour prospérer. Une barbarie, surtout, qui menace le monde entier.

 Extraits de Contre la barbarie, les textes présentés ici témoignent d’un combat ancien aux accents particulièrement contemporains. La barbarie n’est jamais loin de nous, c’est tout le sens de la mise en garde de Klaus Mann.

*

L'imagination humaine est limitée. Qui est capable de se représenter des situations dont il n'a aucune expérience personnelle ? Le poète peut-être, qui, intuitivement & par habitude devrait savoir se mettre dans la peau des autres & compatir à leur vie pour pouvoir ensuite lui donner forme. L'homme moyen - aussi intelligent, aussi psychologue qu'il soit - échoue face à une tâche aussi délicate & complexe. Il reste enfermé dans son propre monde. Son imagination manque de vigueur.

Quand l'imagination manque de vigueur, la bienveillance envers autrui est toujours superficielle & éphémère. Quand on est dépourvu d'imagination, on ne peut avoir à la longue aucune sympathie authentique, active, secourable pour des destins dans lesquels on est incapable de s'impliquer. Les premiers à faire l'expérience de cette réalité, ce sont ceux qui dépendent de la sympathie active d'inconnus. Ceux qui, par exemple, ont perdu leur patrie, provisoirement ou pour toute leur vie, ceux qui ne peuvent s'en sortir sans la bienveillance & la compréhension d'inconnus. L'émigrant a besoin de la sympathie active de ses amis politiques dans les autre pays.

(Appel aux amis, tapuscrit portant la mention de l'auteur "Brünn/ Prague, 10-12 septembre 1935.", p.28.)

*

 Pour aller plus loin : 

Mise en garde, Klaus Mann, Phébus.

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20090306.BIB3070/klaus-mann-fait-de-la-resistance.html

 Nathalie

Écrire un commentaire

Optionnel