Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'actualité de la médiathèque de Guer - Page 2

  • Urgent : bibliothécaires cherchent maison !

    - Comment on fait alors Françoise pour trouver une maison ?
    - Je crois qu'il va falloir demander Nathalie.
    - D'accord. & comment on demande ?
    - Poliment Nathalie. Pour que les gens ils aient envie que l'on vienne les voir dans leur maison avec leurs invités pour leur lire des livres.
    - Avec leurs invités & le goûter !
    - Non, ça on ne demande pas, ça ne se fait pas.
    - Ah, d'accord. Mais il faut dire quand & le thème.
    -Oui, tu as raison, résumons : nous, bibliothécaires de la médiathèque de Guer cherchons maison sur la commune avec hôte & ses invités pour des lectures à voix haute sur le thème : "Amour tendre, amour vache" le jeudi 22 juin 2017 de 14h30 à 16h30.
    - Waouaw, Françoise, tu synthétises comme une chef !

    Nathalie

  • Bébés bouquins

    Parce que les livres c'est bon dès le plus jeune âge, la médiathèque propose régulièrement des séances "Bébés Bouquins" pour les 6 mois/3 ans. 

    La prochaine séance est prévue samedi 20 mai à 10h30.

    Histoires, comptines, rondes, jeux de doigts seront au rendez-vous. 

    Cette animation est gratuite et ouverte à tous, il suffit juste de s'inscrire par téléphone, par mail ou lors d'un passage à la médiathèque. Places limitées à 12 enfants. 

    Je vous attends !

    Sabrin@

  • TIM GINGER, Julian Hanshaw - BD pour adultes

    LE MOT DE L'EDITEUR :

    Ancien pilote d’essai, Tim Ginger passe sa retraite dans une caravane située dans un camping du Nouveau-Mexique. Même s’il est passionné de cricket, sujet de son prochain livre, Tim passe le plus clair de son temps dans ses souvenirs qu’il égrène avec mélancolie, essayant de faire le deuil de sa femme Susan disparue dans un accident et qu’il aimait d’un profond amour.
    Son agent littéraire le contacte de nouveau afin de lancer la promotion de son livre qu’il a écrit sur son expérience de pilote d’essai pour le gouvernement. Il va devoir quitter sa zone de confort et cette situation le fragilise. Il y a dans sa conscience quelque chose qui l’éloigne parfois du monde réel, comme s’il s’envolait de nouveau dans ces cieux qu’il a tant de fois parcourus à bord de son jet et qui le projetait dans un état de transe. Jusqu’à son accident d’avion qui a failli lui coûter la vie.
    Pour la promotion de son livre, il doit participer à une convention avec d’autres auteurs. À cette occasion, un journaliste spécialiste des ovnis le harcèle pour qu’il révèle certaines informations cachées l’accusant de complot avec la CIA. Par hasard, il y rencontre Anna, une connaissance de l’époque de Susan et de ses missions de pilote, qui, elle aussi, signe son propre ouvrage.
    En prenant un verre avec elle, il découvre avec étonnement qu’elle écrit un livre où elle rassemble sous forme de petites bandes dessinées des témoignages de personnes qui ont décidé de ne pas avoir d’enfants. Cette coïncidence le trouble particulièrement le replongeant à l’époque où avec sa femme ils avaient eu ce choix assumé qui choquait néanmoins leurs amis. Avec cette rencontre c’est toute sa nouvelle vie de reclus et ses certitudes qui sont remises en question.

    *

    Tim Ginger a la lenteur de ceux qui ne cherchent plus. On peut croire le personnage désabusé au début. Pris dans une forme de renoncement. & puis l'on comprend que le bonhomme n'a jamais vécu dans l'illusion. C'est juste qu'il a tout eu déjà, du grand amour aux vérités transcendentales. Le premier n'est plus de ce monde ; quant aux deuxièmes, elles semblent inciter à mener son temps sur terre exactement comme il le fait & comme il conseille de le faire au journaliste conspirationniste qui lui reproche en pleine conférence de garder pour lui un secret d'origine extraterrestre découvert lors de l'une de ses opérations de pilote de ligne :

    "J'ai vu des choses dont, à juste titre ou non, je ne suis pas libre de parler. C'est tout. J'ai prêté serment & je suis au moins un homme de parole. Désolé. & puis, franchement, Karl, que feriez-vous de ces informations si je vous laissais me convaincre de divulguer ce que je sais ? Vous abandonneriez tout pour filer dans le désert & vivre dans une grotte ? Parce que c'est à peu près ce que j'ai fait. & croyez-moi, Karl, c'est sacrément pénible de se sentir aussi seul. 

    Vous voulez savoir toute la vérité, Karl ? Sur l'univers. & continuer de faire la queue au supermarché. Ou attendre au téléphone la réponse d'un centre d'appel situé à l'autre bout du monde ? Pourquoi ne pas vous suicider ? Avancer le moment de l'illumination. Anticiper sa venue. Comme la secte Heaven's gate. Ou peut-être est-ce trop extrême ? & vous savez quoi, Karl ? Le comble ? Les dirigeants ne sont pas plus malins que vous. Croyez-moi. Ils n'en reviennent pas que la société ronronne de cette façon. Sans émeutes dans les rues. Ils font leurs quatre ans. Se remplissent les poches. Se choisissent un bon job pour plus tard. & prient pour que rien ne foire pendant leur mandat. On s'inquiète trop. Je m'inquiète encore trop. Il y a déjà trop d'informations là-bas. Vivez la vie que vous aimez, Karl. Choisissez votre Dieu. & ne prenez pas tout trop au sérieux."

    (p.116-118)

    Premier roman graphique publié en français de cet auteur anglais, Tim Ginger charme par son anti-conformisme tranquille & une profondeur de vue qui vous pénètre sans en avoir l'air & vous habite longtemps.

    Lisible &/ou empruntable à la médiathèque

    Nathalie

  • EXPOSITION PHOTOS

    Exposition de photos d'orchidées sauvages du Pays de Guer et des communes voisines

    par M. Gérard SOMMIER 

    du 10 mai 2017 au 30 mai 2017

    à la Médiathèque

    Entrée libre aux heures d'ouverture 

     

    "Ce mot d'orchidée évoque la forêt tropicale où poussent des fleurs somptueuses. 

    Et pourtant, tout près de chez nous, vivent aussi des orchidées.

    En France, 160 000 espèces sont recensées, en Bretagne, 37 espèces.

    Et je vous présente ici, les 7 espèces visibles dans notre région.

    Elles habitent dans des milieux naturels, peu ou pas transformés par les activités humaines. (le milieu de vie est indiqué)

    Ce sont des témoins de la biodiversité des milieux.

    Elles doivent être connues pour être protégées. (quelques caractères de reconnaissance sont donnés)

    C'est le but de cette exposition photos"       G. SOMMIER

     

  • LES AVENTURES DE HUCKLEBERRY FINN, Mark Twain - roman

        Plusieurs fois, au cours de ma lecture des Aventures de Tom Sawyer, je me suis demandée s'il ne s'agissait pas d'une relecture, tant certaines scènes me semblaient familières. Sauf que je savais que je ne les avais jamais lues. Alors, oui, ça ne pouvait être que cela, je connaissais les facéties du gamin du Sud par le dessin animé japonais qui passait en feuilleton à la télévision quand j'étais enfant... & je retrouvais,  intact, le plaisir  de ces aventures d'un autre temps/ autre lieu, des efforts extravagants déployés par Tom pour rendre la vie plus attrayante, tellement plus excitante que les promesses de Paradis assujetties au devoir moral & à l'obéissance.

    Avec la surprise & le bonheur nouveau de découvrir une langue riche, orale, au plus proche des gens décrits, retranscrite à merveille par le traducteur : même en français, on "sent" les différents niveaux de langue & de style propre à chacun-e, on voit les mots écorchés de Tom & de son pote Huck comme autant de réajustements du réel, plutôt que comme un marqueur social. Car c'est bien de cela qu'il s'agit dans les Aventures de Tom Sawyer comme dans celles de Huckleberry Finn, & qui place ce dyptique haut dans l'histoire de la littérature : une vision du monde & de la vie nous est offerte, nous est donnée en actes & en paroles.

    Une vision courageuse, quoiqu'en disent d'aucuns : Mark Twain est de son temps, excusez lapalissade mais justement, il donne à lire en 1884 l'histoire d'un enfant blanc miséreux, maltraité par son père & d'un esclave que sa maîtresse s'apprête à vendre à l'autre bout du pays en l'éloignant de sa femme & de leur progéniture, tous deux en fuite & que le hasard réunit, compagnons d'infortune associant leurs bons coeurs & leurs talents pour retrouver chacun leur liberté (voir plus bas l'interview du traducteur Bernard Hoepffner sur la question raciale).

    Les Aventures de Huckleberry Finn est avant tout l'apprentissage par soi-même, au simple contact de l'autre qu'on croyait littéralement bête (non humain) & avec pour toute jauge son coeur de petit d'homme & son expérience de la vie, de l'antiracisme.

    Une vision romantique, par le personnage de Tom, qui a dû lire les romans d'Alexandre Dumas & de Stendhal & va jusqu'à retarder dangeureusement l'évasion de Jim l'esclave pour l'amour du risque & du beau geste, mais aussi libertaire ou plutôt cynique, pour remonter à une référence plus lointaine : Huck, à la fin des Aventures de Tom Sawyer s'enfuit de la maison qui l'a accueilli pour retourner dormir dans un tonneau que ne renierait pas Diogène & il lègue sa part du trésor trouvé avec Tom au juge qui le gère pour lui. Ce qui lui importe est ce sentiment de légèreté qu'il ne saurait trouver que dans ses pieds nus & la permanence du ciel étoilé bénissant ses nuits...

    Quant à sa conscience, si elle le travaille tout le temps de son escapade avec Jim le long du Mississipi, partagé qu'il est entre le bien agir qu'on lui a appris & ce que son bon sens lui dicte, le menant en bourrique, piège à impuissance, sa grande sagesse lui permet finalement de se laisser traverser sans broncher, pour ne pas pas perdre ses forces vives :

    Mais c'est toujours comme ça ; qu'on fasse le bien ou qu'on fasse le mal, c'est du pareil au même, la conscience de quelqu'un, elle a pas de sens, elle s'empare de lui de toute façon. Si j'avais un de ces chiens jaunes de Caroline qu'en sait pas plus que ce que sait une conscience, je le poisonnerais. Ca prend plus de place que tout le reste, à l'intérieur, & pourtant ça sert à rien, mais à rien. Tom Sawyer, il dit pareil. 

    (p.352)

    Il est bon de commencer sa lecture par les Aventures de Tom Sawyer, manière de raviver des sensations enfantines, rythme effrénné, mortel ennui, ambiance sudiste mais je dois avouer que la révélation s'est réellement produite en entamant les Aventures de Huckleberry Finn qui, derrière la jouissance inentamée de l'aventure, révèle une vraie réflexion sur l'âme humaine, la relation à l'autre & la liberté.

    Une interview du traducteur par le Nouvel Obs'

    De Mark Twain à la médiathèque

    Nathalie

  • L'APOZISTOIRE


    La prochaine séance d'histoires lues pour les 4-9 ans c'est mercredi prochain,

    12 avril, de 16h à 17h,

    c'est vacances

    & c'est JARDIN

    partout si le temps nous le permet :

    dans les livres & sous nos fesses avec le ciel pour chapeau,

    tout en restant à la médiathèque bien sûr

    Nathalie

  • LECTURES HORS-LES-MURS

    - Notre prochain rendez-vous de lectures à haute voix c'est 

     jeudi 13 avril de 14h30 à 16h30

    au Centre Culturel Le Belvédère,

    l'entrée est libre & gratuite sur inscription auprès de la médiathèque.

    - C'est quoi le thème ? 

    - Drôles de livres.

    - Drôles, qui font rire ?

    - Oui, mais pas que. Drôles de, bizarres, étonnants. Il faut venir voir & puis voilà. Si vous êtes curieux, que vous vous ennuyez, que vous voulez vous changer les idées ou que vous aimez vous en laisser conter, juste venez, vous êtes les bienvenus...

    Nathalie

  • Retour sur Zef et mer

    Le samedi 28 janvier, nous avions le plaisir d’accueillir dans le cadre du festival de musique bretonne Zef et Mer trois représentations dans les murs de la médiathèque. Monsieur Léo, représenté par Gaël Abaléo en solo, Caroline Sire de la compagnie Vortex, et le duo Lors Jouin - Soïg Sibéril pour Les Ours du Scorff. Tout au long de la journée, les artistes ont enchaîné chansons et contes pour le plaisir d’un public familial renouvelé et souriant.

    La représentation de “Monsieur Léo” nous entraînait ainsi dans une suite de chansons où la joie était le maître mot. Chantant tantôt en français, tantôt en breton, tantôt en anglais, au son de la guitare, du kazoo ou d’un piano miniature, il a mené un show pétillant et coloré auquel le public de tout âge s’est vite laissé prendre, entraîné dans ses refrains.

    https://www.youtube.com/watch?v=aCWLOi6Nzbs&feature=youtu.be

    Caroline Sire pour sa part nous a fait le plaisir de ses talents de conteuse, accompagnant de son tambour et de ses chants des contes et légendes empruntées au répertoire pan-celtique, restituant avec brio et immersion toute leur puissance symbolique et évocatrice.

    https://youtu.be/l6z0WRXnb_A

    Enfin, les deux compères des Ours du Scorff ont ravi l’auditoire de leurs chansons bourrées d’humour, chantées dans un registre traditionnel bien breton et entrecoupées d’interludes pleins de rires, de plaisanteries et d’aventures farfelues.

    De cette édition 2017 des Zef et Mer, on garde à la médiathèque une furieuse envie de danser et de chanter. Vivement la prochaine édition ! En attendant, vous pouvez toujours retourner écouter les artistes qui étaient présents tout au long de l’édition, grâce la bulle 1Dtouch ou la playlist Soundcloud préparées à cette occasion.

    Kenavo !


    Pierrick