Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre (secteur adultes) - Page 2

  • LA SAGA DE GRIMR, Jérémie Moreau - B. D. pour adultes

    « Je n'ai pas de nom, pas de famille, pas de terres, pas de possessions.
    Pour eux je ne suis personne.

    Mais je vais leur montrer qui je suis.
    Le temps d'une vie.
    Chacun de mes actes comme autant de pierres posées pour construire l'édifice final. »

    Car ce qu'ils ne savent pas, c'est que j'ai un volcan dans l'âme. »

    Islande, 1783. Grimr est orphelin. Or, dans une société dominée par le prestige de la généalogie, son sort n'est pas enviable. Heureusement, il est doté d'une grande force physique qui lui permet de rivaliser avec tous les héros de son île.

    Cœur pur & colère sont-ils conciliables dans le corps d'un seul homme, tout titanesque soit-il ? C'est cette alchimie là qui scelle en tout les cas le destin de ce géant roux au visage de poupin, infiniment touchant, proche, alors même que tout dans son histoire - de sa stature héroïque aux paysages hallucinants qui le voient évoluer - est édifiant comme se doit de l'être une saga. C'est que Jérémie Moreau, on le sent bien, a voulu redonner une dimension humaine au principe de la saga traditionnellement & uniquement portée par l'enchaînement des actions d'un héros.  Pour autant, il n'y a pas de place pour les larmoiements dans la vie de Grimr, sa condition d'orphelin, de paria aussi bien que les forces telluriques d'une île en fusion l'en protègent définitivement.

    Jérémie Moreau nous offre un dessin à l'aquarelle somptueux où le paysage volcanique qui façonne le héros est traité comme un personnage, comme le personnage principal. Sa puissante présence n'occulte pourtant pas celle des humains qui se démènent en son sein & dont le rendu expressif s'harmonise à lui avec une grande délicatesse. 

    Pour tout dire, une bande dessinée attrayante, facile à lire, au grand souffle & portée par un découpage & un dessin d'une grande qualité. Une grande.

    L'auteur explique sa technique ici & commente trois planches .

    L'ouvrage est disponible ou à réserver ici...

     

    Nathalie

  • MARIA ET MOI, Maria Gallardo & Miguel Gallardo - B. D. pour adultes

     María, douze ans, habite chez sa mère et passe, de temps en temps, une petite semaine de vacances avec Miguel, son papa, dans un village touristique aux îles Canaries fréquenté par des touristes allemands. Pendant ces courts séjours, María et Miguel discutent, dressent des listes de personnes, mangent comme des ogres et se tordent de rire… car María a un sourire contagieux, un sens de l’humour spécial et est autiste.

    Le dessinateur a décliné ses aventures du quotidien avec sa fille dans un court-métrage à découvrir là : Le Voyage de Maria.

    Retrouvez la présentation de l'éditeur français  & les références de l'exemplaire de la médiathèque ici.

    Nathalie

  • SCIENCE-FICTION A L'HONNEUR

    Noël approche : vous allez pouvoir commencer à remplir la hotte du père Noël...  avec la trilogie Yggdrasil de Myriam Caillonneau.

    Lire la suite

  • ALGORITHME ÉPONYME & autres textes, Babouillec - Poésie

    "J'appartiens à une espèce en voie d'apparition".

    Lire la suite

  • LES JOURS, LES MOIS, LES ANNÉES, Yan Lianke - roman pour adultes

    LE MOT DE L’ÉDITEUR :

    Une terrible sécheresse contraint la population d'un petit village de montagne à fuir vers des contrées plus clémentes. Incapable de marcher des jours durant, un vieil homme demeure, en compagnie d'un chien aveugle, à veiller sur un unique pied de maïs. Dès lors, pour l'aïeul comme pour la bête, chaque jour vécu sera une victoire sur la mort.
    Ce livre est d'une force et d'une beauté à la mesure du paysage aride, de cette plaine couronnée de montagnes dénudées où flamboie un soleil omniprésent. Le roman de Yan Lianke est un hymne à la vie. La fragilité et la puissance de la vie, et la volonté obstinée de l'homme de la faire germer, de l'entretenir, d'en assurer la transmission. C'est un acte de foi, aux confins du conte et du chant, à la langue entêtante, comme jaillie de la nuit des temps ou des profondeurs les plus intimes de l'être.

    *

    "Il porta son regard le plus loin possible. Il vit, entre deux faîtes, le soleil disparaître, englouti derrière une troisième cime. Restait un flot rouge brillant, s'écoulant du haut vers le bas de la montagne, se déversant jusque auprès de lui. Le monde entier se tut instantanément. C'était l'heure du silence le plus intense, entre le déclin du jour et la tombée de la nuit. A cet instant-là, autrefois, on voyait les coqs monter sur leurs supports et les moineaux rentrer au nid, le monde s'emplissait d'une pluie de gazouillis. Mais aujourd'hui on ne voyait plus rien, ni bétail ni moineau, même les corbeaux avaient fui la sécheresse. Il n'y avait plus que le silence. L'horizon rouge du couchant se faisait de plus en plus mince et l'aïeul entendait le froissement des rayons qui se retiraient comme un pan de soie. Ramassant les grains émiettés au creux de la pierre, il songea qu'une journée encore venait de s'achever, et qu'il ignorait comment il pourrait passer la suivante."

    "Il caressait son chien, le long de la colonne vertébrale jusqu'à la queue, puis recommençait depuis la tête. La bête ne pleurait plus. L'homme caressait d'une main, le chien lui léchait l'autre. Cette nuit-là, ils se sentirent soudain inextricablement liés par un sentiment dont la douceur les envahit, les inonda tous deux.
    Il dit, l'aveugle, marions-nous, d'accord ? Avec un compagnon, la vie est plus savoureuse.
    Le chien lui lécha copieusement la main.
    Il dit, je ne vivrai plus très longtemps, si tu peux m'accompagner jusque-là, alors j'aurai une belle mort.
    Et le chien se mit à lui lécher le poignet, à grands coups de langue, comme si la distance des doigts au poignet s'était extraordinairement allongée."

    *

    Pour aller plus loin :

     Les jours, les mois, les années, YAN Lianke, traduit par Brigitte Guilbaud, Picquier, 2009.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-rue89-culture/20090301.RUE8654/apres-deux-romans-interdits-un-livre-prime-du-chinois-yan-lianke.html

    Nathalie

  • MISE EN GARDE, Klaus Mann - essais

    Quand l'imagination manque de vigueur, la bienveillance envers autrui est toujours superficielle & éphémère.

     

    Lire la suite

  • MANUEL A L'USAGE DES FEMMES DE MÉNAGE, Lucia Berlin - littérature adulte

     Elle avait de l'esprit, reconnais-le.

    Lire la suite

  • RENCONTRE D'AUTEURS

    13 nouvelles sur l’exil, écrites en atelier d'écritures par des auteurs de la région. Venez rencontrer Annie Gautier, Dominique Alba, Françoise Tyrant, Michelle Anne, Mona, Norbert Maudet, Thérèse Testot à la médiathèque pour un échange autour de leurs écrits, Vendredi 15 septembre à 18h00. 

    Lire la suite

  • Petit changement du côté des BD adultes...

    De l'autre côté de l'étagère à mangas, au bout des bacs à BD adultes ont été rassemblés les comics, pas seulement les histoires de super-héros mais toute la BD américaine, aussi variée que la BD européenne ou asiatique mais souvent reconnaissable malgré tout : elle a son histoire, ses influences, graphiques & narratives.

    Si elle trouve son public, elle saura s'étoffer dans les rayonnages.

    En attendant, je suis contente (il me faut peu).

    Nathalie